Skip to content

Congress of the Areas of France

Frédéric Fortin / MCM Presse pour Localtis


Areas of France consecrated l’un des ateliers de son congrès à la sécurité, à laquelle plusieurs régions consacrent désormais d’importants moyens. Dans les transports – où les vols et violences repartent à la hausse, selon une étude du SSMSI – et les lycées, face à la cyberdélinquence ou plus largement en aidant les collectivités. “On ne traite pas la delinquance par secteurs”, explain-t-on.

“What is the equity of the safety coverage within the area?”, questioned Renaud Pfeffer, vice-president of the Auvergne-Rhône-Alpes area charged with safety, in an interview with the Areas of France at consacré à ce thème, the 15 September, dans le cadre de son 18and congress. Pour lui, la réponse est évidente: “Our social pact locations the safety on the high of the ranks of liberties and duty of chacun d’entre nous.” And purchase, donc, des régions. “On ne peut profiter de rien si la sécurité n’est pas assurée. C’est un préalable à toutes les activités”, renchérit Julien Polat, maire de Voiron, city of 20,000 inhabitants proche de Grenoble who doubled the results of his police municipal lors de son precédent mandat.

Pas de transports en commun sans sécurité

L’investissement des régions dans le domaine de la sécurité n’est non seulement plus tabou, extra desormais largement partagé (see our article on March 24, 2021). Il a naturellement débuté avec la sécurisation des transports et des lycées, deux regional competences. “On ne peut promote public transport sans lutter contre l’insécurité. Sans sécurité, c’est le retour rapide à la voiture individuelle”, defended Renaud Pfeffer. Ce le Covid a partie démontré, pour des raisons de sécurité sanitaire (see our article of April 17, 2020). Et de compléter: “When dad and mom confient leurs enfants à l’Training nationale, c’est pour qu’ils puissent étudier, s’épanouir, turning into des citoyens dans un lieu sanctuarisé. La région a fait beaucoup d’efforts en la matière D’abord, tout le monde est tombé sur Laurent Wauquiez. Désormais, ce sont les cooks d’établissement qui font la demande”, défend-il. “Le problème est particulièrement aigu dans les transports scolaires, où le chauffeur de bus est en première ligne, et sans aucune prérogative”, notes Julien Polat. Jean-Pascal Thomasset, maire de Nantua et secrétaire général de France Victimes, acquiesce et met avant les phénomènes de harcèlement qui y sévissent. He deplores “the absence of liens between dad and mom and lecturers”, who leads him to “supprimer le bus scolaire dans sa commune de el”. I predict it by l’exemple…

The struggle towards delinquency, essentially “world”

L’investissement s’élargit progressivement, et quasi naturellement. “Les gares, souvent situées dans les cœurs de ville, focus les flux et attirent naturellement la délinquance, locale ou itinérante. S’il ya un drawback dans une gare, il ya un drawback en ville”, declared Julien Polat. Xavier Roche, director of the railway safety group SNCF, offers his opinion, insisting on the necessity for fameux “continuum safety” : “On ne peut pas travailler la delinquance par secteurs. Si je je curise un prepare mais pas la gare, cela n “A pas d’intérêt. Et si je securise la gare mais que le parvis ne l’est pas, je ne résous rien.” “Les transports sont un prolongement de la voie publique”, insists-t-il, tout en précisant, “un prolongement, mais dans une configuration ramasée, que facilite les deviances”. In keeping with a examine revealed by the service statistique ministériel de la sécurité intérieure: “In recent times, after 2016, the crime in widespread transport represents 5% of registered victims, all atteintes confondues”. Et s’agissant des vols et violences, sujet de l’étude, “les transports en commun représentent une victime sur dix”, enseigne-t-elle. In Île-de-France, which “concentrates 62% of registered victims in transport” (and likewise “les three quarters of registered victims of violent acts”, for 18% of the nationwide inhabitants), the examine reveals that “près d’un vol sans violence sur trois y est commis dans les transports en commun”. Une étude qui enseigne encore qu’hors Île-de-France, “le réseau de floor est le premier lieu de fee pour l’ensemble des atteintes sauf pour les outrages et violences contre depositaires de l’autorité publishes que ont lieu principalement sur le railway reseau”.

Durcissement of delinquency

C’est dire l’ampleur de la tâche. D’autant que l’étude souligne que “los vols et violences enregistrés repartent à la hausse dans les transportes en commun en 2021” (+10% for the title of victims d’outrages et de violences contre depositories de l’autorité publique, +19% for volontaires coups et blessures et +32% pour les violences sexuales, “in a context of liberation of parole et d’amélioration de l’accueil des victims”). “They don’t retrouvent pas le degree d’avant la pandémie”, specify l’étude. Relevons toutefois that la France a été confinée pendant un mois en 2021 et que la fréquentation des transports n’avait pas, elle aussi, retrouvé son niveau d’avant-crise l’an passé (2.6 million voyages in 2020, 3 .3 billion in 2021, plus 4.7 billion in 2019, précise l’étude). Il faudra donc attendre les chiffres de 2022 pour se faire une idée plus précise. Pour Xavier Roche, aucun doute toutefois : “Nous faisons face à tsunami de la delinquance, un durcissement de l’insécurité, que ce soit en quantity ou en qualité, avec des individus de plus en plus souvent armés et des phénomènes de bandes en périphérie des grandes agglomérations, comme à Savigny-le-Temple.”

Manque de moyens et insecurité juridique

Pour y faire face, l’entreprise investit fortement dans la formation de ses forces, démonstrations à l’appui en gare de Vichy: chiens detectors d’explosifs et d’interventions, drones… “Tout cela a un coût”, insists Xavier Roche , deplorant de ne pouvoir le répercuter à la bonne hauteur dans les tarifs. The assistance of the Aura area – 28 million euros – for the implementation of video safety in 130 garages – 2,200 cameras and a regional safety heart transports the ski elevate to the pictures – is donc plus qu’appréciée. Mais tout ne résume pas à une query de moyens. Xavier Rocher regrets even the cloisonnement of the safety forces, “it doesn’t appear that they’re speaking about – the police conflict, that is the top! dans l’attente qu’un agent vienne saisir d’un delinquant que nous avons arrêté…”. Il réclame une révision des textes. Il plaide de même pour une évolution du droit à l’égard of “la video-intelligence, which permits brokers to focus on probably the most related pictures”. Surtout, il s’insurge contre “l’insécurité juridique considérable des forces de l’ordre”, évoquant “a threat of desengagement des brokers qui préfèrent prendre des coups que de terminar devant les tribunaux”, sans parler du threat of “grande démission “.

Prime aux mauvais élèves

Julien Polat rejoined him. “Je n’étais pas favorable aux caméras-piétons au départ. J’étais colqué que l’on mette sur le même plan la parole de personnes assermentées et celle des delinquants. Mais j’ai changé d’avis. Ces permettent de replacer des pictures dans leur contexte, et de counterbalancer des circulant vidéos sur les réseaux sociaux, souvent tronquées.” Même avis positif sur la vidéoprotection, que “permet aussi d’élargir le périmètre des patrouilles”. “C’est un outil déterminant dont on ne pourrait plus se passer, mais qui reste inefficace sans homme sur le terrain”, souligne-t-il, en louant “le soutien de la région”, sans lequel il n’aurait pu” avoir les mêmes ambitions”. Revers de la médaille, selon lui : “Quand on interact des moyens pour la sécurité, l’État retire les siens. 80% des renforts de la police nationale vont à Grenoble alors que Voiron n’a reçu aucun agent supplémentaire. C’est la prime aux mauvais élèves”, lance-t-il.

Essor of cyberdelinquence

Des moyens d’autant plus indispensable que de nouveaux fronts ne cessent de s’ouvrir: “Les collectivités stay très vulnérables face à la cyberdélinquance. Tout reste à faire en la matière. On n’est pas au niveau”, admet Julien Polat. “The SNCF reported 150 cyberattacks per day. It is a conflict that has occurred. The target is that I’ll lose it,” defined Xavier Roche. Pour y faire face, “les régions, pilotes du développement économique sur les territoires”, rappelle Régions de France, ont signed à Vichy une conference de coopération avec la Gendarmerie nationale visant une mise en réseau des acteurs, un développement des formations et des compétences As well as, it unites “coordination operation of interventions in a souci d’articulation efficace entre appui method et réponse judiciaire”. “Ce partenariat doit permettre de renforcer nos moyens d’anticipation et de réaction en région, en lien avec les nouveaux de réponse aux cyber incidents en cours de déploiement”, explains the president of the affiliation, Carole Delga.

Leave a Reply

Your email address will not be published.