Skip to content

ils ont tout plaqué pour changer de métier


Jean-Jacques Gibaud accompanied by sa meute. Photograph d’archives Progrès/Sacha MARTINEZ

Outdated industrial, it is launched dans les chiens de traineau

« J’en avais marre de vivre dans un monde dictate par l’argent. Aujourd’hui, je vis avec ardour. » In 2010, Jean-Jacques Gibaud, a resident of Bas-en-Basset, in Haute-Loire, misplaced his industrial job.

Possédant alors cinq chiens, il decides to be launched dans un pari fou: vivre de sa ardour et devenir musher professionnel, c’est-à-dire meneur de chiens de traineau. Il swimsuit une formation, suggest ses premières balades puis, deux ans plus tard, déménage à Saint-Régis-du-Coin, dans les confins du Pilat. « J’avais une maison, une famille. Tout quitter par ardour, c’était une resolution difficile à prendre. »

Heureusement, Jean-Jacques s’épanouit très vite dans sa nouvelle activité. Au fil des ans, son cheptel augmente jusqu’à compter plusieurs dizaines de chiens. Aujourd’hui, son middle de el, baptisé Kimudjuk (“sur les traces de la neige” in Inuit langage), accueille même une équipe sportive, dont il est l’entraîneur.

A ravishing instance of reconversion for cell telephones that’s deeply connected to their youngsters. “Je n’ai jamais pris plus de trois jours de congé, je n’think about pas une journée sans les voir”, nous avouait-il in 2017.

>> Pour in savoir plus : « Je ne veux pas faire de mes chiens un easy consommation product »

Bruno Levé from return to sources.  Photo d'archives Progrès/Yves FLAMMIN

Bruno Levé from return to sources. Photograph d’archives Progrès/Yves FLAMMIN

From the gendarmerie of Sorbiers to the elevation of chèvres dans le Pilat

Il n’est jamais trop tard pour un retour aux sources. Titulaire d’une formation agricole en bac + 2, Bruno Levé decides in 2016 to desert the gendarmerie brigade of Sorbiers, or he was there after sept ans.

A reprise stage and a formation on the Chambre d’agriculture later, voilà l’homme de 45 ans lancé dans « un projet un peu fou »: Celui de reprimand a près elevate of 400 chèvres, at La Terrasse-sur- Dorlay, pour produire du lait destiné to the manufacture of the rigotte de Condrieu.

« Je suis soutenu par ma famille et aussi par les agriculteurs des alentours que me donnent de précieux conseils. J’ai envie de réussir », s’enthousiasmait à l’époque Bruno. Pari reussi. Three years later, in 2019, the previous gendarme can have a degree of sale straight at La Micale lieu-dit, sur les hauteurs de Rive-de-Gier.

It anticipates {that a} reconversion is feasible for gratis. « Il faut juste ne pas se faire trahir par le physique ! »

>> Pour in savoir plus : Ancien gendarme, he launched dans l’elevage de chèvres

Mathieu, Alexandre Maxime, Guillaume, Romain et Maxime, installed au Portugal et tous passionnés de poker.  PhotoDR

Mathieu, Alexandre Maxime, Guillaume, Romain et Maxime, put in au Portugal et tous passionnés de poker. PhotoDR

Ingénieur, the a part of Portugal is dedicated to poker

In September 2021, Maxime will report two on-line poker excursions on the Winamax website. Montant des beneficial properties? €65,000. Une somme conséquente, que ven to validate a choice prise trois mois plus tôt: Maxime, ingénieur de formation, s’est put in avec cinq amis au Portugal with the intention to dedicate himself solely to poker.

The self-discipline, extra complicated than a easy jeu de hasard, truly requires beaucoup de travail pour progresser et performer dans les tournois de haut niveau.

« Je ne réalise pas encore bien », nous confiait Maxime – alias « stak0max » – juste après ses deux victoires. « Je ne vais pas m’acheter une belle voiture ou de beaux habits, je vais juste essayer de profiter de la vie, merely, et d’être libre. »The adventures of him and the cells of his pals are toujours à suivre on the web page Instagram pokpokbulls.

>> Pour in savoir plus : Former 27-year-old engineer, who was employed for on-line poker and received €65,000

Jérémy Martial and Sara Blanco.  Photo Progress/Yvette CHARRET

Jérémy Martial and Sara Blanco. Photograph Progress/Yvette CHARRET

Ils quittent leur métier pour cultivar la spiruline

Sara Blanco avait a beauté institute, they’re joint Jérémy Martial work dans les transports publics. Deux métiers qui ne correspondent pas à leur idéal de vie de ella.

Alors, in 2021, ils ont determined d’abandonner leur activité professionnelle pour se consacrer… à la tradition de spiruline. Ils ont installé leur ferme à Périgneux, dans le Forez, défriché le terrain pour batir une serre et créé leur entreprise sous le nom « Vert l’Essentiel ».

Cultivated in France after a fortnight, spirulina is a complementary meals wealthy in proteins, iron, magnesium and group B nutritional vitamins. It strengthens the immune defenses and the resistance of the organism.

Sa tradition permet aujourd’hui à Sara et Jérémy de s’épanouir : « Notre intérêt pour une manufacturing éthique et écologique dans cet environnement préservé nous est apparu évident. Notre manufacturing nécessite peu d’eau, peu d’énergie, no pesticide », se félicit-ils.

>> Pour in savoir plus : Ils plaquent tout pour turn into producteurs de spiruline

They’re venues that consider in enterprise in Haute-Loire

When you exemples ci-dessus évoquent des individuals dont le level de départ était la Loire ou la Haute-Loire, it arrives that the inverse phenomenon happens and that certains décident d’arriver sur notre territoire pour changer de vie. Many instances are newly produced in Haute-Loire.

In 2019, Françoise Ravel s’installe à Saint-Maurice-de-Lignon. Cette trentenaire vient de quitter son boulot d’ingénieur en Suisse pour lancer sa boîte de couture de la Fourmi rêveuse. A radical change in her career led to a obscure de licenses dans son entreprise de l’époque, even when she shouldn’t be straight involved. “Avec mon conjoint, on s’est dit que ce serait peut-être le second de changer de vie et de la rethinker”, nous racontait-elle in 2020. Deux ans plus tard, le pari s’avère gagnant.

Alice Kassen, quant à elle, arrive à Tiranges in 2020 avec son mari, en provenance du sud de la France. Lui est électricien et va poursuivre dans cette voie. Elle, in revenge, ancienne urbaniste, selected d’épouser totally the eagerness that she practices after a fortnight d’années: le tricot. La visita de la ferme Lou Pagora, où le couple s’installe, achève de la convaincre. He adopts the standing of auto-entrepreneur, renews a knitting machine, at a second time in Angleterre. AkaO tricot vient de naître.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *