Skip to content

Maltraitance animale jugée à Saint-Malo : “Les fotos font froid dans le dos”

Sept cadavres de moutons avaiente été trouvés en état de decomposition avancée sur son exploitation de Beaussais-sur-Mer (Côtes d’Armor). Des brebis étaient trop faibles pour allaiter leurs petits. D’autres ovins, affamés, n’avaient greater than la peau sur les os. ©Picture d’illustration taddor – inventory.adobe.com

Sept cadavres de moutons ou été trouvés en état de decomposition avancée south are exploitation of Beaussais-sur-Mer (Côtes d’Armor). Des brebis étaient trop faibles pour allaiter leurs petits. Une d’individus de son cheptel de él ne bénéficient d’aucune mesure d’hygiène. Parmi ceux-ci, des ovins, affamés, n’avaient greater than la peau sur les os. Même spectacle désolant dans son autre élevage, de taille similaire, à Languenan, à quelques kilomètres de là.

L’éleveur de 61 ans comparaissait Tuesday January 10, 2023 earlier than him Saint Malo courtroom (Ille-et-Vilaine) pour abandon d’animaux, mauvais remedy, non demande d’levement de cadavre, non identification of sheep or goats, and many others. Between September 2021 and January 2022.

An surprising management

The départemental route of the safety of populations, which is able to proceed to an surprising management on September 27, 2021 and located critical violations, will deal with a Courier de mise en demeure mais l’éleveur n’avait rien fait pour autant, laissant dépérir ses animaux.

Il n’ouvrait pas son courrier.

« When you do not have extra morality, you do not have extra religion »

« The DDPP is income quatre mois plus tard, vous auriez eu le temps d’arranger les choses. Des cadavres de moutons, des clôture abimées, ce n’est pas l’élevage qui rever les foules », lui fait remarquer le juge.

Florian Duvanel s’étonne devant l’angle décontractée du prévenu:

Vous ne semblez pas apprehend conscience des faits et des nombreuses amendes que vous encourez. Vous gardez vos mains dans vos poches.

L’éleveur explica alors « avoir baissé les bras » après son divorce.

Movies : in the intervening time on Actu

J’en avais marre. When you do not have extra morals, you do not have extra laughs. Ce n’est pas pour rien qu’il ya plein de suicides chez les agriculteurs.

Ses moutons retirés

Two representatives of the DDPP clarify qu’il a fallu lui retire une trentaine de moutons en raison de leur état et précisent ne pas connaître la situación de l’élevage present de l’agriculteur.

Celui-ci, qui a possédé jusqu’à une centaine d’ovins dit s’être ressaisi et a fait les investissements nécessaires, «une fortune», pour une meilleure prize en cost et la securisation de son troupeau… qui ne comporte plus beaucoup d’individus puisqu’il en a vendu régulièrement. « Aujourd’hui je vivote. Tous mes revenus sont partis dans de nouveaux bâtiments. » Il a une autre activité pour se nourrir.

« Il faut lui retire ses animaux »

Ce qui laisse perplexe l’avocate de l’Œuvre d’help aux betes d’abattoir (OABA), civil occasion:

Nous ne réclamons qu’un euro de dommages et intérêts mais demandons qu’on lui interdise de detenir tout animal de rente. Il ne respecte no obligation. Pas de nourishment, pas d’abreuvement, des barbelés détériorés et dangereux pour les moutons, un animal euthanasié à trigger de ses blessures, d’autres dont les muscular tissues étaient attaqués après avoir perdu toute leur graisse.

Tel est le spectacle dépeint par Eva-Clara Souplet. « Il s’acharne à vouloir maintainir une activité qui ne le fait pas vivre. »

« Des fotos qui font froid dans le dos »

La procureure avoue pour sa half que «les photographies de ces élevages font froid dans le dos. It’s uncommon that the ministere public soit obligé de faire saisir les animaux. Il is justified in disagreement that c’est are ex-compagne of her who nourrissait auparavant les moutons mais ce n’est pas comprehensible. When this farmer is coping with his beasts, Françoise Peucheret estimates that she warns him avait déjà été condemned for voluntary abandonment of a home animal: “You aren’t divorced right now. » Le parquet calls for donc également la confiscation du troupeau.

« Pas query que je vive sans bete »

Ce qui énerve l’éleveur: «Pas query que je vive sans bête, avec des bâtiments neufs, vides. C’est mon métier. Arrives ce qui arrivera, ce sera très grave », maugrée-t-il.

« C’est à dire ? », lui demande le juge.

Il ne répond pas mais de retour sur les bancs du public, il parle de se « flinguer ».

Soulagé after the choices of the choose

Le voilà soulagé après la décision du juge: neuf mois de jail avec sursis; €1,750 d’amendes (11 contraventions), one euro of dommages intérêts à Oboa.

Mais le Justice of the Peace prévient:

Je m’étonne encore de ne pas vous interdire la détention d’animaux. On a call of vous faire confidence. Nous comptons sur les autorités préfectores pour veiller à ce tout se passe bien dans votre élevage. Si ce n’est pas le cas, nous ne serons pas aussi gentils qu’aujourd’hui.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Pays Malouin dans l’espace Mon Actu. In a single click on, after registration, you and retrouverez toute l’actualité of your favourite cities and types.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *