Skip to content

Struggle in Ukraine | Des chats et des males

Dans le flot de refugiés qui fuyaient l’Ukraine, au tout début de l’invasion russe, c’était ce qui frappait en premier: la foule qui s’étirait jusqu’au post-frontière polonais était presque entièrement composée de femmes et d ‘enfants. Les hommes, eux, n’avaient pu faire autrement que de rester derrière, pour défendre le pays.


L’autre chose qui frappait, c’était le nombre de… chiens et de chats dans la foule.

  • A boy has a chat on the edge of a traversier pending the evacuation of the inhabitants of Kherson, on October 31, 2022.

    PHOTO ALEXANDER ERMOCHENKO, ARCHIVES REUTERS

    A boy has a chat on the edge of a traversier pending the evacuation of the inhabitants of Kherson, on October 31, 2022.

  • A woman with her children pendant the evacuation of Irpin, on March 31, 2022

    PHOTO DANIEL BEREHULAK, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

    A woman with her children pendant the evacuation of Irpin, on March 31, 2022

  • A female porte are chatting ahead of the shells destroyed by the Russian bombardments at Borodyanka, in the Kyiv region, on April 5, 2022.

    PHOTO ZOHRA BENSEMRA, ARCHIVES REUTERS

    A female porte are chatting ahead of the shells destroyed by the Russian bombardments at Borodyanka, in the Kyiv region, on April 5, 2022.

  • A young child is greeted by her grandparents from an evacuation train leaving Pokrovsk, in the Donetsk region, on August 2, 2022.

    PHOTO DAVID GOLDMAN, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

    A young child is greeted by her grandparents from an evacuation train leaving Pokrovsk, in the Donetsk region, on August 2, 2022.

  • A woman caress are chatting inside a metro voiture in a southern station used as the anti-bomb opener in Kyiv, on March 8, 2022.

    PHOTO DIMITAR DILKOFF, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

    A woman caress are chatting inside a metro voiture in a southern station used as the anti-bomb opener in Kyiv, on March 8, 2022.

  • Yuliia Zaika, a 9-year-old Ukrainian girl, has a chat with Marsyk before the destruction of her demi-sister's house in the village of Moshchun near Kyiv, on November 8, 2022.

    PHOTO MURAD SEZER, ARCHIVES REUTERS

    Yuliia Zaika, a 9-year-old Ukrainian girl, has a chat with Marsyk before the destruction of her demi-sister’s house in the village of Moshchun near Kyiv, on November 8, 2022.

1/6

Les refugiés hagards n’avaient que très peu de bagages. Leur vie chamboulée tenait dans une valise. Ils avaient fui en catastrophe, important seulement l’essentiel. Mais pas question d’abandonner le chat, dont les oreilles pointues dépassaient d’un sac à dos. Pas question de laisser le petit chien derrière. Ni le gros, d’ailleurs. Pour s’éviter quatre ou cinq jours d’attente dans la file de voitures, une femme a marché 17 kilomètres jusqu’au post-frontière en trimballant son vieux berger allemand sur ses épaules.

Les semaines ont passedé. Et peu à peu, les animaux de compagnie ont fait partie integrante de l’imagerie du conflit en Ukraine. On the entrance, the conflict reporters despatched the pictures of bloodied civilians, jailissant des décombres en serrant leur chat ébouriffé. Autour de Kyiv, des banlieusards refusaient carrément d’être évacués sans leur précieux chien.

Ça peut sembler futile, comme ça, mais ces animaux representaient una supply de réconfort immense pour des hommes et des femmes qui avaient perdu tout le reste.

Il eu des histoires crève-coeur, just like the celle of Anastasiia Yalanskaya, 26 years outdated, had a chenil de Boutcha, free of l. a. nourriture, who was disadvantaged after days. Natacha Derkach, elle, a perdu la vie en tentant de sauver celle des animaux de Dnipro.

Les Ukrainians intention leurs animaux, parfois à en mourir.

Tout de même, beaucoup de bêtes ont dû être abandonnées en disaster. Souvent, when the occupant russe bat en retraite, les soldats ukrainiens ont l’impression de pénétrer dans des villes et des villages fantômes. Seuls les animaux errent dans les rues. Et ils sont nombreux. “Actually, it seems prefer it’s already a human life, plus it is already a life animal”, I confirmed the soldier Yehor Firsov in a courtroom of regulation Washington Submit.

The wandering animals are recurrently adopted by the Ukrainian troupes. Evidently a chien can really feel the enemy and alert the troopers of their strategy. Extra stunning, it appears that evidently the fait workplace de boule (de poils) antistress pour tous les membres de la troupe, explica le soldat Firsov.

Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les pictures de chats perchés sur les épaules de soldats, ou lovés entre leurs bras, purronnant de plaisir. Comme toute bonne vidéo de chats, celles-ci ont un fort potentiel de viralité. Pour tout dire, l’web est désormais obsédé par les felins d’Ukraine.

  • Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les images de chats perchés sur les épaules de soldats ou lovés entre leurs bras.

    PHOTO TIRE DU COMPTE INSTAGRAM @UAARMY_ANIMALS

    Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les pictures de chats perchés sur les épaules de soldats ou lovés entre leurs bras.

  • Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les images de chats perchés sur les épaules de soldats, ou lovés entre leurs bras, purronnant de plaisir.

    PHOTO TIRE DU COMPTE INSTAGRAM @UAARMY_ANIMALS

    Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les pictures de chats perchés sur les épaules de soldats, ou lovés entre leurs bras, purronnant de plaisir.

  • Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les images de chats perchés sur les épaules de soldats, ou lovés entre leurs bras, purronnant de plaisir.

    PHOTO TIRE DU COMPTE INSTAGRAM @UAARMY_ANIMALS

    Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les pictures de chats perchés sur les épaules de soldats, ou lovés entre leurs bras, purronnant de plaisir.

  • Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les images de chats perchés sur les épaules de soldats, ou lovés entre leurs bras, purronnant de plaisir.

    PHOTO TIRE DU COMPTE INSTAGRAM @UAARMY_ANIMALS

    Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les pictures de chats perchés sur les épaules de soldats, ou lovés entre leurs bras, purronnant de plaisir.

  • Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les images de chats perchés sur les épaules de soldats, ou lovés entre leurs bras, purronnant de plaisir.

    PHOTO TIRE DU COMPTE INSTAGRAM @UAARMY_ANIMALS

    Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les pictures de chats perchés sur les épaules de soldats, ou lovés entre leurs bras, purronnant de plaisir.

  • Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les images de chats perchés sur les épaules de soldats, ou lovés entre leurs bras, purronnant de plaisir.

    PHOTO TIRE DU COMPTE INSTAGRAM @UAARMY_ANIMALS

    Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les pictures de chats perchés sur les épaules de soldats, ou lovés entre leurs bras, purronnant de plaisir.

1/6

Il ya sans doute une half de calculo, pour ne pas dire de propagande, dans la diffusion de ces pictures. After the debut of the battle, the Ukraine is able to humanizing its troopers. Et quoi de mieux qu’un mignon minet pour gagner la guerre de l’info? Les vídeos virales cross a message: the troopers are des gens ordinaires qui se suciente du bien-être des animaux. Like all of the world.

C’est peut-être le distinction qui fascine autant. Au milieu de l’horreur, des maisons détruites, des villes evacuées, des vies bouleversées à jamais, les chats vivent leur vie de chat, impassibles et nonchalants. Et les Ukrainians font tout pour que ça dura. Come pour provever que rien ne leur fera perdre leur humanité, pas même la guerre. Surtout handed the conflict.

Bien sûr, les animaux n’échappent pas au conflit. Des milliers sont morts depuis le 24 fevrier. Des milliers d’autres mourront au cours de l’hiver. Beaucoup d’humains risquent de ne pas survivre, eux non plus.

C’est évidemment à eux qu’il faut penser, d’abord et avant tout. En pleine guerre, les opérations de sauvetage d’animaux menées par des organismes occidentaux semblent d’ailleurs plus ou moins déplacées. A refuge pour animaux à la frontière polonaise, vraiment? N’y at-il pas d’autres priorités?

Remarquez, if on help additionally leurs proprietaires, ça peut aller. Mais ce n’est pas toujours le cas. After the prize of Kaboul by the Talibans, in August 2021, former Prime Minister Boris Johnson could have a scandal authorizing the evacuation of individuals from Afghanistan, whereas the people who find themselves working for the British compte stay coincés là -Bas…

Ça, c’était absurde et indécent. In Ukraine, au contraire, il ya quelque selected de réconfortant à voir des êtres humains persist à prendre soin de leurs animaux, malgré les bombes. Malgré tout. Quelque selected de fondement… humain.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *